Au début des années 60, la bachata faisait partie de la catégorie romantique, la musique que l’on écoute.

Certains latinos disent même la musique « para beber » (pour boire en écoutant les paroles) par opposition à la musique « para bailar » (pour danser et faire la fête).

Le grand musicien, Juan Luis Guerra est l’un des plus grands ambassadeurs de la bachata.

En mettant sur le marché l’album « Rosa » en 1991, il atteint des records de vente dans le pays et commence à faire connaître internationalement la bachata. Il remporte en effet un Grammy pour cet album.